Ghislaine Petit-Volta

Harpe électrique augmentée

Orbis, pour harpe électrique augmentée

L’innovation technique et la composition musicale au sein d’un même projet collaboratif pour une nouvelle oeuvre et une nouvelle lutherie.

Ghislaine Petit-Volta, harpe électrique augmentée
Arnaud Petit, composition
Jakez François, conception et fabrication de la harpe électrique augmentée
Jean-Philippe Lambert, recherche et développement de la harpe électrique augmentée
James Leonard et Jérôme Villeneuve, recherche et conception informatique pour la cellule ANIS du GIPSA-Lab de Grenoble

Une commande de Jakez Francois, président des Harpes Camac

Un projet unique de collaboration transversale

« Orbis » pour harpe électrique augmentée est le fruit d’une collaboration rare entre les domaines artistiques, scientifiques, et de la facture instrumentale.

La conception de ce nouvel instrument, la harpe électrique augmentée par Jakez François pour les Harpes Camac, rejoint par Jean-Philippe Lambert, ingénieur de recherche, pour le développement de la dernière version, est le point de départ de ce projet construit sur le temps long.

C’est ici le premier aboutissement d’un moment unique d’exploration d’une nouvelle lutherie sans équivalent actuellement.
Dans une démarche commune de création, le compositeur Arnaud Petit, la harpiste Ghislaine Petit-Volta, les ingénieurs-chercheurs James Leonard et Jérôme Villeneuve de la cellule ANIS du GIPSA-Lab de Grenoble, ont exploré les possibilités offertes par ce nouvel instrument. L’oeuvre « Orbis » d’Arnaud Petit a recours à la synthèse sonore par modèle physique et l’intègre à un travail sur l’interprétation.

« Orbis » pour harpe électrique augmentée présente aujourd’hui une expérience sonore d’une nature inédite qui projette l’instrument dans un nouvel espace sonore et musical.

Un système interactif entre instrument réel et virtuel

La harpe électrique augmentée possède l’avantage d’une grande capacité technique et numérique (communication via MIDI et OSC) associée aux qualités sonores propres d’une harpe acoustique. Les combinaisons de ces possibilités sont multiples, tout en conservant le jeu instrumental et ses nuances.

Le travail de recherche avec les ingénieurs-chercheurs de la cellule ANIS du GIPSA-Lab de Grenoble a permis de récréer une « harpe virtuelle » qui peut dialoguer et résonner avec la « harpe physique ». Il a ainsi été rendu possible, non seulement de concevoir un instrument « virtuel » de très haute qualité, mais aussi de mettre en oeuvre une « interaction » subtile entre celui-ci et l’instrument réel, entre monde « réel » et monde « virtuel ».

Un lien étrange se tisse entre monde virtuelle et physique : l’ordinateur prend part à l’interprétation et peut réagir en fonction des impulsions données par la musicienne.

« Orbis » : un voyage dans les mémoires du monde

« Orbis », du compositeur Arnaud Petit, rassemble des compétences scientifiques, industrielles et artistiques.

Technologiquement, « Orbis » se présente sous la forme d’une œuvre qui aborde plusieurs problématiques liées à la relation instrument/machine/algorithme, notamment l’exploration d’une interaction entre l’instrument réel et un instrument, double virtuel modélisé. L’exploration de modes de jeux de harpe dans des configurations peu communes ou impossibles dans la réalité , a permis de dégager aussi des champs d’expression originaux. Comment un instrumentiste peut aujourd’hui étendre son domaine de maitrise précise de phénomènes sonores à la fois nouveaux mais en même temps procédant de l’extension contrôlée de son nouvel instrument , c’est là un des enjeux d’« Orbis ». De la même manière qu’au XIXe siècle, l’évolution de la facture du piano a transformé la nature de la musique créée pour celui-ci.

Sur le plan artistique « Orbis » se présente aussi comme une sorte de voyage, d’une humanité observant le monde depuis l’antiquité jusqu’aujourd’hui. « Orbis » met en rapport des éléments de récits enregistrés avec les éléments sonores et musicaux, de manière à ce que cette pérégrination forme une épopée démultipliée, distancée et insolite.

ha_visuel-harpe-mosaic-dossier-01

En partenariat avec :